logo Voiceniger

Home | Actualités | Actualités musicales | People | Vidéos | Ecouter la Radio | Nos Emissions | Contact |

Bienvenus
Connexion / S'enregistrer

Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

Ismo OneLa world music, c'est ce mélange d'Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce domaine figure Ismaël Diallo. Connu sous le nom de Ismo One, il est l'un des artistes en vue au Niger. Auteur compositeur, il représente une voix incontestée de la musique nigérienne (nouvelle génération). Dans les fadas et clubs des quartiers périphériques de Niamey comme sur les ondes ses créations font fureur. Basé aux Etats Unis depuis sept (7) ans, notre compatriote vient régulièrement à Niamey pour se ressourcer car trop attaché à la culture nigérienne. Il chante en français et en langue fulfuldé. Ses chansons sont à l'image de son état d'esprit : apaisées.
La musique est un rêve qu'il nourrit depuis l'âge de treize (13) ans. En réalité, la musique fait partie de son environnement.


 

Ismo a grandi avec ses grands frères qui accordent beaucoup d'importance à la musique. « Mes frères adoraient écouter la musique américaine, congolaise. Je me suis initié avec les mélodies de ces différents pays. Et chaque fois, je chantais, je dansais, la musique faisait partie de ma vie. Mes parents n'approuvaient pas du tout mon goût prononcé pour la musique mondaine, notamment mon père. J'ai pris assez de temps pour leur donner des explications et les convaincre. Aujourd'hui ils font partie de mes premiers fans », dit-il avec un air décontracté.
Les conditions dans lesquelles sa première œuvre ''Toune gakay'' ou « lèves toi » en français, a été produite ont été particulièrement dures. « Tout début est difficile, j'ai mis assez de temps pour faire sortir ce premier single, en raison de multiples déplacements dans la capitale auprès de mes ainés de l'un des premiers groupes de rap pour l'enregistrement de mon album. J'avoue que ce n'était pas facile, mais j'ai bénéficié du soutien de ces professionnels ''DLM Outlow''qui ont fait tabac dans les années 2000, ainsi que des grands frères qui m'ont beaucoup soutenu et partagé leur expérience avec moi », a expliqué Ismo One tout en remerciant Maitre Bat qui lui a été aussi d'une grande utilité. Parlant de ce producteur, il dit ceci : « voilà un homme qui aime son travail et qui le respecte, et je n'oublierai jamais ce producteur. Dans le domaine musical, il est honnête et travailleur. Il respecte ce qu'il fait ; c'est pour cela qu'il va de l'avant ».
''Toune gaKay'' son premier single traduit en fait toutes les souffrances endurées pour le réaliser. Ce son, même s'il ne traduit pas son propre vécu de façon exacte, est un thème assez révélateur, qui touche chacun de nous. C'est une chanson qui parle à tout le monde, grands et petits. Notre vedette est un artiste qui fait de la world music ; il est artiste polyvalent, collé à l'actualité et essaie de ne pas se perdre dans les nouveaux styles.
« Dans mes chansons, je parle beaucoup d'amour, chose normale, l'amour est la meilleure chose que peut vivre un être sur terre. Quand on est amoureux, tout est rose mais il faut savoir l'entretenir et le maintenir. Il aborde notamment les thèmes de la confiance, la solidarité, l'entreaide pour une vue commune. Bref, il touche à tous les thèmes sociaux comme « le système de l'occident », « girl », « plus de musique », love you, sonka, kizomba et I know you want me.

Des expériences et une bonne dose de volonté
« Spécifiquement, j'écoute mon instrumental et j'attends que les mélodies me parlent : si les mélodies sont tristes, la chanson le sera aussi et pareil quand la mélodie est romantique, là c'est la romance, la joie et l'amour qui seront évoqués. Je suis dans un mélange avec des rythmes variés issus de notre terroir ; ce sont les différents genres musicaux que je fusionne pour avoir un bon son et un single parfait ; et je chante aussi bien en français qu'en fulfuldé pour que ceux qui vivent en milieu rural se sentent concernés et comprennent mes paroles », a-t-il souligné.
Il appelle ses frères artistes à donner de l'importance à la culture nigérienne, à la langue du terroir. « Avec les langues, nous artistes avons la chance de diversifier notre audimat. Et mon style passe beaucoup dans la langue fulfuldé, car mes chansons se vendent même hors du pays ». Il les exhorte à être dans le temps, à essayer de s'adapter et éviter de trop copier ce que les gens font déjà. « J'essaie de me démarquer des autres. Je puise mon inspiration dans tout ce qui se passe autour de moi, dans le monde, mes chansons me ressemblent car elles évoquent ma personnalité, mon identité et tout ce qui me touche particulièrement.
« Je suis bien aimé et bien suivi, et j'éprouve de la satisfaction quant à l'accueil réservé à mes productions. La musique, c'est ma voix, ma conviction, c'est de la pure passion, une mélodie. Il faut mettre en valeur le talent. Depuis mes premiers singles, je ne passe pas inaperçu ». S'agissant de son style musical, il dit : « on m'a toujours dit que j'ai une voix qui éblouit. Petit déjà, j'adorais imiter les grands chanteurs qui ont des voix remarquables ». Et d'affirmer : « j'ai la chance en tant qu'artiste de pouvoir m'exprimer et d'avoir un public. Cette chance vient de loin, c'est vrai pour tous les métiers, on a chacun une place importante dans la société ; l'art est partout, en tout temps et en tout lieu ; à nous de saisir les occasions ».

« Nos langues locales sont importantes pour nous ; l'artiste est messager »

Pour ce qui est du regard qu'il porte sur la nouvelle génération d'artistes nigériens, Ismo One apprécie ce qu'ils font, mais tout de même les conseille : « nous les Nigériens, nous devons faire en sorte de créer notre histoire, chanter en langue, c'est quelque chose à encourager. Si à travers nos chansons, nous jeunes artistes faisons connaitre notre identité, notre culture, c'est une meilleure chose et un début pour changer les choses, changer la perception négative que les occidentaux ont de nous. On veut les imiter, copier tout ce qu'ils font. Je ne comprends pas pourquoi certains artistes de la nouvelle génération chantent dans les langues des blancs. Toi, tu es au Niger, tu n'as jamais mis pied en France, tu t'accroches à cette langue et tu veux te faire un nom ou être invité pour un concert à Paris. Tu fais tes chansons en anglais espérant qu'un jour tu vas te produire aux USA, alors que le rap est né en Amérique. Chante en Haoussa, Djerma, Fulfuldé, Tamacheq, Gourmantché... et tu verras, ça va passer partout ».
Selon notre interlocuteur, l'artiste doit brandir son identité, être fier de ce qu'il est ; on doit montrer le Niger aux Nigériens et aux peuples du monde. « Je respecte les artistes nigériens ; seulement, c'est un conseil de frère : attachons-nous à notre culture, c'est important. Certains d'entre eux reconnait-il, font des choses fantastiques ».
A la question de savoir quels sont ses projets, Ismo One répond tout simplement : « Mes projets, je pense que je vais les gardez pour moi. J'ai décidé de surprendre tout le monde et je m'excuse».


Aissa Abdoulaye Alfary(onep)


Ajouter un commentaire

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette vidéo.

Dans la même catégorie

RSS