logo Voiceniger

Home | Actualités | Actualités musicales | People | Vidéos | Ecouter la Radio | Nos Emissions | Contact |

Bienvenus
Connexion / S'enregistrer

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

«Force morale » fait de plus en plus parler de lui à travers l'un de ses titres phares : ''s'amuser'' ; il gagne en audience car, sur scène, il séduit les mélomanes par sa voix mélodieuse et l'originalité qui caractérise ses morceaux. Son objectif : montrer à la face du monde qu'avec la musique, un pays peut se développer.
Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'' est étudiant en troisième (3ème) année de gestion à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey. « Depuis mon jeune âge, j'ai une passion folle pour la musique, j'ai été pendant longtemps dans le mouvement artistique. Mais, il a fallu 2014 pour sortir mon premier single '' les ennemis de la République''. La particularité de Force morale est qu'il allie tradition et modernisme et donne ainsi une touche particulière à sa musique à travers ses compositions, ses faits et gestes lors de ses ''live'' sur les podiums. Il suffit


 de le voir monter sur scène, pour voir l'effervescence ; les spectateurs dansent et chantent avec lui, et ne s'en lassent point. Amadou Younsa a, à son actif, quatre (4) morceaux et est beaucoup sollicité lors des concerts et festivals.

Révélé dans le monde musical grâce à son premier single '' les ennemis de la République'', l'artiste dénonce, sans langue de bois, certaines pratiques mauvaises qui prévalent dans notre société. « J'essaie à chaque fois que je suis devant mes fans de leur transmettre des messages. Je dois notifier que la philosophie de mon idéologie porte sur trois aspects dont le premier aspect est de ''dénoncer'' ;, c'est dans ce sens que j'ai sorti le premier single cité ci-haut ; le deuxième aspect sur lequel je me penche quand je compose, c'est le fait de conscientiser ;, là, j'ai sorti un titre ''union africaine'' , un morceau dans lequel j'appelle tous les peuples, particulièrement la jeunesse africaine, à l'unité car aucun pays au monde ne peut se hisser dans le concert des nations qui gagnent sans l'unité et la paix. Le troisième, et dernier single de mon idéologie, c'est d'amener les gens à garder toujours le moral haut en leur composant des chansons de distraction qui les font vibrer afin de leur faire oublier pendant un temps leurs soucis et angoisses ; c'est ce qui explique mes deux derniers morceaux ''s'amuser'' et ''tu ne me connais pas''.
Parlant de la musique tradi- moderne, il a expliqué que tous ceux qui explorent ce terrain arrivent tant bien que mal à tirer leur épingle du jeu. « Je dirai bien que ça marche ; ceux qui font ce genre musical s'en sortent bien, à l'exemple de Tal National, de Mali Yaro, de Yacouba Denké Denké. Ces derniers ne me diront pas le contraire ». Par contre, réagit –il, la musique moderne, le rap dans tous ces styles, rencontre d'énormes difficultés. Parmi ces difficultés, on peut citer le nombre réduit des consommateurs du rap ; les jeunes préfèrent les sons étrangers aux locaux. Ils veulent suivre des artistes qui cartonnent comme Davido, Stromae plutôt que d'écouter ou suivre un Ismo One ou un Alradick ».
Amadou Younsa pense qu'avec les medias locaux, les lignes commencent à bouger. On note, toujours selon lui, la faible participation de nos artistes aux grands festivals internationaux. Du coup, le rap nigérien peine à s'affirmer. « La faible prestation de nos artistes sur les scènes internationales s'explique d'une part par la mauvaise qualité de nos produits et d'autre part la mauvaise qualité de leurs clips voire l'insuffisance de promoteurs.
« Force morale » lance un appel à l'endroit des pouvoirs publics et aux populations nigériennes, aux autorités en charge de la Culture, d'aider techniquement et financièrement les artistes. Et « aux consommateurs de consommer nigérien. La musique locale doit être consommée par les Nigériens à l'exemple de ce qui se passe dans les pays de la sous-région. On a besoin de cet accompagnement du public ».
Avec ses études supérieures en Gestion à l'Université de Niamey et ses quatre (4) titres déjà dans les bacs, notre artiste rappeur a de beaux jours devant lui...


Aïssa Abdoulaye Alfary (ONEP)


Ajouter un commentaire

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette vidéo.

Dans la même catégorie

RSS