Étiquette : UAM

Société: la grève s’étend aux lycées et collèges

26 Avr 18
voiceniger

No Comments

La crise en cours depuis des mois à l’université de Niamey touche désormais les lycées et collèges de plusieurs villes du Niger, ont annoncé le gouvernement nigérien et les étudiants.

L’Union des scolaires nigériens (USN), qui recrute du primaire jusqu’à l’université, a lancé « une grève illimitée » vendredi dernier pour exiger l’annulation de l’exclusion en mars de cinq étudiants, la réouverture du campus, fermé depuis le 18 avril, et « l’abrogation » d’une décision du rectorat autorisant les forces de l’ordre à assurer la sécurité de l’université.

Cette grève paralyse l’université de Niamey et affecte désormais de nombreux collèges et lycées de la capitale et de plusieurs villes du pays, selon les autorités et les étudiants.

« Nous ne rouvrirons le campus que quand nous l’aurons assaini », a déclaré lundi le ministre de l’Enseignement supérieur, Yahouza Sadissou, lors d’une conférence de presse.

« Il n’est pas acceptable » que la crise à l’université de Niamey « compromette » le fonctionnement de « tous les établissements du pays », a fustigé, de son côté Tidjani Abdoul-Kadri, le ministre des Enseignements professionnels.

Le gouvernement use « du dilatoire pour casser notre mouvement légitime » mais « leurs menaces et intimidations ne marcheront pas », a affirmé mardi devant la presse Idder Algabid, le dirigeant de l’USN.

« Nous ne reculerons pas, nous sommes unis et endurants et nous allons continuer ce combat quel que soit le prix à payer », a-t-il poursuivi. L’USN réclame « des négociations objectives et concrètes avec le gouvernement ».

L’université de Niamey, la plus importante du Niger, avait été paralysée par une grève d’un mois des enseignants qui protestaient contre « l’agression » le 7 février dernier d’un des leurs par des étudiants. Les enseignants avaient mis fin à leur mouvement le 17 mars, après avoir obtenu l’exclusion de cinq responsables syndicaux étudiants et le recours aux forces de l’ordre pour sécuriser le campus.

Les étudiants avaient évoqué une « altercation mineure » et non une agression. Jugeant ces exclusions « injustes, disproportionnées, illégales et arbitraires », ils avaient entamé un mouvement de grève.

 

TV5 Monde

Communiqué du gouvernement : Le gouvernement décide de la fermeture du Campus universitaire ainsi que des cités annexes, jusqu’à nouvel ordre

20 Avr 18
voiceniger

No Comments

Suite aux violentes manifestations estudiantines survenues, hier, à Niamey, le gouvernement, à travers un communiqué émanant du Ministère des Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a décidé de la fermeture du Campus universitaire ainsi que des cités annexes, jusqu’à nouvel ordre. (Lire ci-dessous l’intégralité du communiqué signé par le ministre Yahouza Sadissou).

Ce jour, 18 Avril 2018, les étudiants de l’UAM de Niamey ont durci leur mouvement, déclenché le 07 février 2018 à la suite de l’agression d’un Chercheur par les éléments de la CASO.
Malgré les concessions faites par le gouvernement et son ouverture au dialogue, les étudiants et élèves ont choisi, ce matin, de procéder à des actes de vandalisme ayant occasionné le bilan provisoire ci-après : 06 véhicules du Rectorat vandalisés ; des dégâts importants sur le bâtiment principal du rectorat ; plusieurs blessés à la suite de l’intervention des forces de l’ordre.
Devant cette situation de trouble et de violence, le gouvernement a pris la décision de la fermeture, jusqu’à nouvel ordre, du Campus universitaire et de toutes les citées annexes de Niamey, à compter de ce jour 18 avril 2018.
Toutefois, en vue de garantir la poursuite des activités académiques, les facultés et restaurant universitaire restent ouverts et le transport sera régulièrement assuré. Le campus et les cités annexes seront rouverts dès que les conditions de quiétude auront été rétablies.
Par ailleurs, une enquête sera diligentés et les auteurs de ces actes de vandalisme seront identifiés et punis conformément aux règlements en vigueur.

Onep

Heurts à l’Université de Niamey, une quinzaine d’étudiants blessés, l’Etat ferme le campus

19 Avr 18
voiceniger

No Comments

De violents heurts ont éclaté hier à l’Université Abdou Moumouni de Niamey et ont engendré une quinzaine de blessés (dont certains grièvement), selon les étudiants.

Pour la reprise des cours hier, les étudiants ont voulu manifester pour protester contre l’exclusion, le 17 mars dernier, de 5 de leurs camarades à la suite de leurs bras de fer avec les enseignants. Ils ont voulu aussi protester contre leurs bourses et les allocations des élèves et lycéens tout comme le respect de la franchise universitaire.

Hier, des barricades ont été érigées pour bloquer la voie menant au campus. Les forces de l’ordre ont alors fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

S’en sont suivies des répliques de la part des manifestants qui ont brûlé des pneus et lancé des jets de pierre à l’endroit des forces de l’ordre. Résultat, plusieurs blessés dont certains grièvement.

Le gouvernement a alors ordonné la fermeture momentanée du campus.

Les étudiants disent avoir voulu donner une chance au dialogue. Et prennent à témoin le fait qu’ils n’aient pas débrayé depuis la décision de l’exclusion de leurs camarades. « Nos revendications n’ont pas été satisfaites. C’est pourquoi nous avons érigé des barricades. Depuis l’exclusion, nous n’avons pas observé de grève pour donner une chance au dialogue parce que nous sommes convaincus que le dialogue est la seule issue. Ils nous ont provoqués et voilà ce que c’est devenu.», a déclaré Sita Diabiri, Secrétaire général de l’UENUN (Union des étudiants nigériens à l’Université de Niamey), lui aussi exclu le 17 mars dernier.

 

(Niamey et les 2 jours)

Niamey: des étudiants exclus de l’université sur fond de climat d’insécurité

17 Mar 18
voiceniger

No Comments

Au Niger, les enseignants de l’université sont toujours en grève suite à l’agression de l’un d’entre eux le 7 février dernier. Le syndicat dit vouloir en finir définitivement avec l’insécurité qui règne sur le campus. Suite à cette agression, un conseil d’université vient de se réunir cette semaine. Il a été décidé mercredi d’exclure définitivement cinq étudiants, qui ont tous des responsabilités au sein de l’Union des étudiants nigériens de l’université de Niamey (UENUN).

Les étudiants auraient pu écoper d’un blâme ou d’un avertissement, mais c’est finalement l’exclusion définitive, la sanction la plus dure, qui a été décidée.

Le premier visé est Sita Diabri, le secrétaire général de l’UENUN. Sont aussi exclus son adjoint et le délégué général de la Caso et deux autres représentants de cette organisation qui gère les oeuvres sociales de la faculté, mais qui fait aussi du maintien de l’ordre. Une prérogative que contestent précisément les enseignants en grève qui accusent la Caso d’être une organisation qui sème la terreur sur le campus.

Sida Diabri se dit surpris par cette sanction et dénonce un acharnement de la part du rectorat, mais aussi du syndicat des enseignants chercheurs. Pour lui, le 7 février, il n’y a pas eu d’agression avec un enseignant, mais une altercation. Et surtout, ajoute-t-il, les étudiants présents physiquement n’ont pas été identifiés.

Il annonce son intention de déposer un recours dès que la décision d’exclusion lui sera notifiée formellement.

 

RFI

Niamey: l’organisation étudiante de l’université de Niamey dans la tourmente

07 Mar 18
voiceniger

No Comments

Au Niger, la grève des enseignants-chercheurs se poursuit à l’université de Niamey. Depuis le 20 février, ils protestent contre l’agression, il y a un mois, d’un des leurs. Le syndicat dit vouloir en finir définitivement avec l’insécurité qui règne sur le campus et les agissements de la Caso, l’organisation qui gère les œuvres sociales des étudiants mais qui fait aussi du maintien de l’ordre. C’est cette organisation qui a menacé et bousculé l’enseignant agressé il y a un mois. La goutte d’eau de trop pour les professeurs qui exigent l’exclusion des étudiants agresseurs et la dissolution de l’organisation estudiantine accusée de jouer les gros bras à l’université.

A l’université de Niamey, on les reconnait à leur tee-shirts rouges, marqués du sigle noir Caso pour « Commission des affaires sociales et de l’ordre ». Leur mission depuis toujours : défendre les conditions de vie des étudiants. Ils font aussi du maintien de l’ordre.

Mais les enseignants estiment qu’ils vont souvent trop loin et les accusent de terroriser ceux qui fréquentent le campus. « Les étudiants vivent l’insécurité au quotidien, parce que la Caso a instauré une justice parallèle sur le campus. C’est de l’arbitraire et c’est un problème qui n’a que trop duré », estime Mahaman Kabir Mahaman secrétaire général du Syndicat national des enseignants-chercheurs du supérieur, section de Niamey.

Les autorités muettes pour l’instant

Les enseignants demandent la dissolution de l’organisation qu’ils qualifient de « milice aux pratiques mafieuses ». Les étudiants, eux, assurent que si certaines pratiques ont existé, elles sont révolues. Mais Sita Hamidou Diabiri, secrétaire général de l’Union nationale des étudiants nigériens qui nomme les membres de la Caso, explique qu’il y a un règlement intérieur à respecter.

« Nous avons des textes qui sont clairs, des principes que nous nous sommes librement donnés. Lorsque vous êtes en porte-à-faux sur les textes, on vous appelle et vous faites une lettre d’excuses dans une chambre. Il n’y a pas de pratiques de nature à violenter les uns et les autres », jure Diabiri.

L’Union des étudiants nigériens assure qu’un syndicat ne peut en aucun cas demander la dissolution de la Caso puisqu’elle dispose d’un statut légal depuis 1990. Les autorités, elles, ne sont pour l’instant pas prononcées sur la question.

 

rfi

Des étudiants nigériens inventent du « charbon écologique »

21 Déc 17
voiceniger

No Comments

Au Niger, des jeunes étudiants viennent de mettre au point un

Read More…

Les étudiants observent une grève de 48 heures à compter de ce vendredi

16 Déc 17
voiceniger

No Comments

Après l’expression du désarroi des étudiants regroupés au sein de l’Union des étudiants nigériens à l’université de Niamey (uenun), c’est le tour de l’Union des scolaires nigériens (Usn) de lancer un mot d’ordre de grève de suspension de toutes les activités académiques du pays pour une période de 48 heures, à compter de ce matin.

L’Usn « s’indigne face au comportement de l’Etat qui pour le seul motif de la faiblesse des ressources fait vivre un calvaire légendaire à nos camarades boursiers », mentionne le communiqué de presse.

Comme « calvaire » dont parle l’Usn, on mentionne le payement des bourses du troisième trimestre de l’année, censé être réglé depuis juillet dernier. « Au même titre que les étudiants boursiers, le paiement des allocations des élèves des collèges et lycées ainsi que les pécules pour ceux des centres des enseignements techniques et professionnels peinent à être régularisés.»

L’Usn demande aussi dans son communiqué, le payement de la bourse de vacance, le paiement des retardataires, de toutes les décisions et des réclamations de l’aide sociale, et le respect des conclusions du protocole d’accord Usn-gouvernement, dont la lumière sur l’assassinat de notre camarade Malah Bagalé (décédé le 10 avril dernier durant une manifestation estudiantine).

 

(Niamey et les 2 jours)

Mouvement de débrayage des étudiants pour réclamer leurs bourses

13 Déc 17
voiceniger

No Comments

Les étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey ont observé un mouvement d’humeur hier mardi, pour réclamer la

Read More…

Plainte contre X au Niger après la mort d’un étudiant en avril 2017

02 Nov 17
voiceniger

No Comments

Des étudiants nigériens ont déposé « une plainte contre X » après la mort d’un de leurs camarades lors d’une manifestation réprimée par les forces de l’ordre en avril, a annoncé l’un de leurs responsables.

Read More…

Niger : le mort de trop

15 Avr 17
voiceniger

No Comments

Au lieu de taire la contestation, la répression de la manifestation du 10 avril 2017 au Niger provoque un bras de fer entre le

Read More…

Inline
VoiceNiger.com
Inline
VoiceNiger.com