L’économie du Niger va croître de plus de 10% d’ici fin 2018 (FMI)

Pont-kennedy de Niamey

L’économie du Niger devrait progresser de 5,2% cette année et continuer au même rythme en 2018, tirée essentiellement par les secteurs des hydrocarbures, des services et la croissance du crédit, a déclaré ce lundi, la mission du Fonds monétaire international (FMI) ayant séjourné à Niamey.

« A moyen terme, les efforts de réformes du gouvernement devraient être récompensés par une reprise de la croissance.», indique le communiqué de l’institution basée à Washington.

En effet, si la conjoncture actuellement est peu favorable à une économie aussi dépendante des matières premières que celle du Niger, les performances macroéconomiques du pays sont restées globalement satisfaisantes en 2016. Bénéficiant d’une bonne campagne agricole et d’un rebond de la production pétrolière, le PIB réel a progressé de 5%, l’année dernière, alors que l’inflation a été maitrisée à 0,2%.

Ayant longtemps souffert d’un élargissement accentué de son déficit courant, le pays a réussi en 2016, à entamer le redressement de la barre. La balance des transactions courantes s’est nettement améliorée, en passant, rapportée au PIB,  sous la barre des 16%. Une amélioration rendue possible grâce à la baisse des projets d’investissement à forte intensité d’importations.

Selon le fonds, l’inflation devrait rester faible et le déficit courant devrait encore s’améliorer en 2017.

Satisfaite de cette résiliente de l’économie de la nation ouest-africaine, l’une des moins avancées de la planète, l’équipe du FMI a annoncé que le Niger pourrait bénéficier bientôt d’un décaissement d’environ 10,97 milliards francs CFA (19,3 millions $) au titre d’une facilité élargie au crédit de 134 millions $. Ce programme triennal avait été approuvé en janvier dernier par le conseil d’administration du fonds.

(Agence Ecofin)

Facebook Comments