Le Detail

Cinéma : « Ma belle-mère Ma Coépouse » a fait bonne impression chez le public de Niamey

05 Fév 19
voiceniger
,
No Comments

Sorti en 2018 le film fiction « Ma belle-mère Ma Coépouse », un long métrage de 75 minutes du réalisateur Moussa Hamadou Djingarey a fait l’objet d’une cérémonie de première projection le 2 février dernier au Palais des Congrès de Niamey. De nombreux cinéphiles ont fait le déplacement pour apprécier ce film tourné à Agadez, ville du nord Niger avec des acteurs locaux. Le film est en sélection officielle panorama au Festival Panafricain de Cinéma de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) 2019.
Avec « Ma belle-mère Ma Coépouse » le réalisateur Moussa Hamadou Djingarey semble opérer un changement de registre dans ses films de fiction, comparativement à « Hassia, amour ou châtiment » ou « Le pagne » dans lesquels le réalisateur est sur des sujets qui évoquent surtout la souffrance avec des réalités comme le mariage précoce et forcé, le viol et leurs conséquences. Comparée à ces deux films, la fiction «Ma belle-mère Ma Coépouse », est moins bouleversante. Le film tourné en langues Haoussa et Français est plutôt amusant. Sa trame porte sur la vie d’un jeune couple. Raicha une jeune femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur. Mais la vie paisible de ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obnubilée par ses préjugés va contraindre son fils à mettre fin à son mariage avec Raicha.
Le réalisateur présente la fiction comme un film à caractère pédagagique. Mais, ce qui est évident, l’aspect comique de ce film du genre comédie a été apprécié par le public qui a fait massivement le déplacement du Palais des congrès de Niamey pour l’avant-première de « Ma belle-mère Ma Coépouse ». Certes il y a de quoi émouvoir dans la séquence où, pour obéir à sa mère, Hamada se sépare de Raicha sa femme. Mais l’on se consolera en comprenant que cela fait partie d’un plan très « théâtrale », auquel recourt le jeune couple en simulant un divorce avec la complicité de Aghali, le mari de la mère de Hamada. Le plan comporte un arrangement qui fait de Raicha la seconde épouse de Aghali : ce sera à la surprise « renversante » pour elle, que la mère de Hamada constatera que sa coépouse n’est rien d’autre que l’ex-femme de son enfant.
Le public a ri beaucoup de la vieille femme qui s’est retrouvée alors confrontée à un autre casse-tête, la vie de polygamie, avec leur mari qui feint de ne s’intéresser qu’à la jeune mariée dont les coquetteries provoquent l’ire et la jalousie de Agaisha. Trop drôle la vieille Agaisha qui s’efforce maladroitement de contrer elle aussi les coquetteries de sa jeune coépouse. Le dénouement du film a été également apprécié par le public, car la vieille a fini par craquer, suppliant la jeune Raicha de divorcer et de reprendre son mari Hamada, avec le ferme engagement d’œuvrer à la tranquillité de leur couple. On retrouve un peu dans « Ma belle-mère Ma Coépouse », les thèmes des autres films de Moussa Hamadou Djingarey : le mariage, la femme, la famille, la tradition, la religion. Certains détails des séquences de cette fiction, rappellent des survivances ou l’emprise de certaines croyances.
Le film de Moussa Hamadou Djingarey met en lumière la vieille ville d’Agadez, dont certains quartiers sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce qu’a réussi à faire le réalisateur avec de bonnes images, en format 4K. Mais c’est « un film à petit budget », financé par le réalisateur. Ce qui explique peut-être le casting du réalisateur, avec un nombre relativement réduit d’acteurs qui du reste, jouent pour la première fois dans un film. Mais pour une première expérience, Aboubacar Hamma, Mariama Boukari, Djamila Almoctar, Bachir Djibo, les principaux acteurs du film, ont fait montre de talent et d’une certaine maitrise de rôle. « Ma belle-mère Ma Coépouse », a fait bonne impression chez le public de Niamey. Il reste à voir l’accueil que le film aura au FESPACO 2019 où il est en sélection officielle panorama.

Souley Moutari(onep)

Facebook Comments
Inline
VoiceNiger.com
Inline
VoiceNiger.com