Catégorie : Sports

Athlétisme / Meeting De Rabat Au Maroc : Aminatou Seyni Réalise Un Bel Exploit

21 Juin 19
voiceniger
No Comments

L’athlète Nigérienne de 400 mètres, Aminatou Seyni, est en train d’écrire progressivement et discrètement son nom dans les annales des grands champions de la discipline. En effet, le dimanche dernier lors du meeting international Mohamed VI qui s’est tenu au stade Moulay Abdallah de Rabat au Maroc, elle a brillamment décroché la 2ème place sur les 400 mètres qu’elle a courus avec aisance parmi des athlètes de niveau mondial de la Diamond League.

 

Avec cette nouvelle prestation qu’elle vient de faire à Rabat (50 secondes 24 tierces), elle réalise la meilleure performance africaine de la saison. Du coup, elle bat le record national du Niger qui est son propre record obtenu au meeting de Bamako en 2017 (52 secondes 19 tierces). A 23 ans, cette jeune athlète rentre de plain-pied dans l’univers des grands athlètes mondiaux. Et cela d’autant plus qu’elle est attendue en août aux Jeux africains de Rabat, et en septembre prochain au championnat du monde à Doha au Qatar. C’est une valeur sûre de l’athlétisme nigérien sur laquelle le Niger peut désormais compter pour les grandes échéances à venir.

On rappelle que la Ligue de diamant de l’IAAF est une compétition d’athlétisme organisée annuellement depuis 2010 par l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF). Elle est composée de 14 meetings et sacre chaque année un vainqueur dans 16 disciplines de l’athlétisme. La Ligue de diamant remplace la Golden League, compétition disputée de 1998 à 2009. Chaque épreuve donne lieu à des points attribués en fonction des performances : 8 points pour le premier, 7 points pour le deuxième, 6 points pour le troisième, 5 points pour le quatrième, 4 points pour le cinquième, 3 points pour le sixième, 2 points pour le septième et 1 point pour le huitième (en 2016, seuls les 6 premiers recevaient des points). Jusqu’en 2016, l’athlète qui avait cumulé le plus grand nombre de points durant l’année (les points étant doublés lors des finales) sur chaque discipline remportait le trophée de la Ligue de diamant. Depuis 2017, le classement établi à l’issue des 12 premières réunions détermine les qualifiés pour les finales, à Zurich et Bruxelles. Le vainqueur de chaque finale remporte le trophée de la Ligue de diamant.

 

Maïmouna Salou Mossi : Une boxeuse ambitieuse

07 Juin 19
voiceniger

No Comments

C’est rare de rencontrer des filles qui pratiquent la boxe compte tenu de certaines considérations socioculturelles. Pourtant, Maïmouna a osé embrasser la boxe qui est une discipline sportive demandant beaucoup de mobilité, de flexibilité et de sang-froid. Maïmouna Salou Mossi est née en 1994 à Niamey. Elle a commencé d’abord à pratiquer le taekwondo où elle a obtenu la ceinture Rouge. Après avoir découvert l’environnement du taekwondo avec ses difficultés et ses avantages, elle s’est penchée vers l’athlétisme au regard de l’importance qu’elle accorde au sport de manière générale.
Dans ce domaine qu’elle a pratiqué, elle était plutôt spécialisée dans le lance-poids. Notons que Maïmouna Salou Mossi a fini par orienter sa passion vers la boxe depuis 2012. Elle a entamé sa carrière en s’engageant à faire au sein de la boxe nigérienne voire internationale une place de choix. A cet effet, elle a vite compris que la clé de la réussite réside d’abord dans le travail. C’est pourquoi, elle s’est adonnée aux entrainements pour relever le défi et atteindre ses objectifs. Avec sa forme physique et flexible dans ses mouvements, elle dispose d’un atout pour affronter ses adversaires et sait à quel moment administrer ses coups avant de mettre l’adversaire ”KO”. Elle a dit avoir bénéficié dans ses activités du soutien et de l’encouragement de sa famille avant de s’engager dans la boxe. Ce soutien l’encourage à aller chaque jour de l’avant en vue de concrétiser son rêve, celui de s’offrir une place importante dans le milieu sportif nigérien.
Par ailleurs, elle a confié avoir été découragée par ses amis qui estiment que la boxe est une activité sportive qui est réservée aux hommes. Ignorant complétement les reproches de ses amis, elle s’est investie en travaillant d’arrache-pied afin de prendre part valablement aux différentes compétitions tant au plan national que régional. Grâce à son dévouement dans les entrainements au Boxing club de Niamey, elle a capitalisé des connaissances. Elle continue à s’entrainer avec ses collègues et elle bénéficie de leurs soutiens. Du début de sa carrière à nos jours, elle a raflé cinq médailles en or au niveau national. Plus le temps passe, plus elle affiche sa détermination de réussir son pari. Après des succès enregistrés au niveau national, le talent de Maïmouna a franchi les frontières en participant aux compétions au niveau de la sous-région. Au cours de sa dernière participation au championnat d’Afrique de la zone 2 qui s’est tenu en Guinée Conakry, elle a été battue par son adversaire sénégalaise. Elle a été classée 2ème en remportant la médaille d’argent. Après cet échec, elle a confié avoir poursuivi les entrainements pour qu’un jour elle réussisse à prendre sa revanche. Cela, dit-elle, nécessite le soutien matériel et moral des autorités et des partenaires du fait que le sport nigérien a besoin de manière générale d’un appui de part et d’autre. Selon elle, il y a beaucoup de compétitions qui se passent ailleurs où elle estime participer et briller, mais faute de moyens, elle n’y va pas. C’est pourquoi, elle a lancé un appel aux bonnes volontés et aux autorités de prêter main forte à la boxe nigérienne. Maïmouna a révélé que certaines de ses collègues ont été découragées par manque d’appui. Quant à elle, elle continue à s’entrainer du fait qu’elle aime beaucoup la boxe. Elle espère un jour, comme Issaka Daboré, représenter le Niger et hisser son drapeau plus haut au cours des grandes rencontres internationales en boxe.

 

Le sahel.org

FC Bayern Munich : Franck Ribéry tire sa révérence

23 Mai 19
voiceniger

No Comments

Samedi, la finale de la Coupe d’Allemagne opposera le RB Leipzig au Bayern Munich. L’occasion pour les supporters bavarois de dire “au revoir” à Franck Ribéry, qui quittera le club après douze saisons riches en titres.

273 matchs, 86 buts et 120 passes décisives  : c’est peu dire que Franck Ribéry a marqué la Bundesliga et  le football allemand de son empreinte. Le week-end dernier, il est même devenu le seul joueur à avoir remporté neuf titres de champion d’Allemagne, dépassant des légendes comme Oliver Kahn, Mehmet Scholl, Philipp Lahm ou encore Bastian Schweinsteiger. Durant douze saisons, la vie de Ribery aura été rythmée par les trophées. Mais s’il ne devait retenir qu’une année, ce serait celle-ci :

Notre meilleure saison, c’est clairement 2013. Ce que nous avons réalisé pour le club, ainsi que pour les fans… L’année d’avant, c’était vraiment compliqué : nous avons perdu la finale de la Ligue des Champions à domicile contre Chelsea, nous avons fini deuxièmes de Bundesliga, on a également perdu en finale de Coupe. C’était horrible. Et un an plus tard, on remporte la Ligue des Champions, le Mondial des Clubs, ainsi que la Supercoupe d’Europe contre Chelsea. C’était génial.

Après ce quintuplé, le niveau de Ribery n’a plus jamais été le même. Mais qu’importe : il avait déjà conquis les fans. Qui l’ont toujours soutenu, quelles que soient ses frasques. Au sein du club, il a pu compter sur des soutiens forts, comme l’entraîneur Jupp Heynckes ou encore Uli Hoeness, le président.

Robbery, un sacré duo

Si l’ailier gauche a marqué l’histoire du Bayern, il n’est pas le seul. En effet, difficile de ne pas parler d’Arjen Robben, son alter ego sur l’aile droite de l’attaque bavaroise, qui quittera le club en même temps que Ribéry. Arrivé en 2009, le Néerlandais s’est tout de suite imposé au Bayern, et le duo que les deux hommes ont formé, appelé “Robbery”, a terrorisé les défenses à travers toute l’Allemagne et l’Europe.

Entre Robben et moi, ça a tout de suite fonctionné. Trois jours après son arrivée, nous étions alignés face à Wolfsburg et nous avons gagné. Robben, quel joueur incroyable. C’est quelqu’un qui a connu beaucoup de grands clubs dans sa carrière. Nous avons tout gagné ensemble. Arjen, c’est quelqu’un qui travaille beaucoup, tous les jours. Un vrai pro. C’est un super exemple pour les jeunes. C’est inoubliable ce que nous avons réalisé ensemble. On nous appelle “Robbery”, et c’est super.

Samedi prochain, Franck Ribéry aura l’occasion d’aller remporter un 23ème trophée avec le Bayern Munich. Ensuite, il ira jouer ailleurs. Une chose est sûre, cependant : une fois l’heure de la retraite arrivée, Ribéry reviendra à Munich, là où il se sent vraiment chez lui.

 

DW

Kylian Mbappé élu meilleur joueur de la Ligue 1

22 Mai 19
voiceniger

No Comments

L’attaquant âgé de 20 ans du Paris Saint-Germain a remporté le trophée du meilleur joueur de l’année de la Ligue 1 française, devant l’Ivoirien Nicolas Pepe, pensionnaire de Lille, qui était donné favori par certains pronostics.

Kylian Mbappé est le premier joueur à avoir remporté trois fois cette distinction.

Auteur de 32 buts au cours de cette saison en championnat, il a également remporté le trophée du meilleur espoir de la Ligue 1.

L’Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP), un syndicat de joueurs français, a préféré le vainqueur de la Coupe du monde 2018 à ses coéquipiers en club Neymar (Brésil) et Angel Di Maria (Argentine). Mbappé a été choisi aussi devant le Français Hatem Ben Arfa (Rennes).

BBC Afrique

DIDIER DROGBA: HONORÉ AUX TROPHÉES UNFP 2019

20 Mai 19
voiceniger

No Comments

Ambassadeur de la LFP (Ligue de football professionnel) en France, Didier Drogba a été honoré dimanche lors des trophées UNFP 2019.

L’ancien international ivoirien a reçu un trophée d’honneur pour sa carrière, mais aussi pour son engagement avec sa fondation, qui agit notamment pour la santé et l’éducation sur le continent africain.

Ancien joueur de l’Olympique de Marseille, Drogba a également remis lors de cette cérémonie, les trophées de « Meilleur espoir » et « meilleur joueur » de Ligue 1 à kylian Mbappe.

 

Africatopsports

Décès de Balla Kado : Une icône de la lutte traditionnelle s’éteint

15 Mai 19
voiceniger

No Comments

La lutte traditionnelle nigérienne vient de perdre une de ses figures marquantes. En effet, Balla Kado, un des gladiateurs des arènes a tiré sa révérence hier à Matamèye, région de Zinder. A 73 ans, cet ancien lutteur figure parmi les personnalités ayant contribué à l’émergence de la lutte traditionnelle au Niger. Combattant redoutable et imperturbable, Balla a livré des combats spectaculaires dans toutes les arènes de lutte de notre pays et demeure une icône de l’histoire du sport roi au Niger. (Nous (ré)publions ce reportage réalisé quelques jours avant la fête tournante du 18 décembre 2018 par notre envoyé spécial).

Né il y a de cela 73 ans à Maïmoudjia, Balla Kado est une des figures emblématiques du temps glorieux de la lutte traditionnelle. Comme bien d’autres jeunes de certaines contrées de notre pays, il a découvert la lutte depuis sa tendre enfance. En effet, Balla Kado aimait la lutte, car il défiait les enfants de son âge juste pour le simple divertissement. Au fil du temps, le hasard l’a conduit jusqu’aux arènes, où il a débuté sa carrière en qualité de lutteur professionnel en 1977. « Je ne croyais pas être dans l’arène de lutte dans le cadre d’une compétition de portée nationale pour la recherche du sabre, mais je participais à des rencontres au niveau des villages et des sous-préfectures à l’époque pour le plaisir » nous confiait-il, quelques jours avant la célébration de la fête de l’indépendance, édition 2018.
Solide et animé par la conviction et la rage de vaincre, Balla a affronté tous ses adversaires de son temps avec sincérité et dévouement, parce que pour lui, il est indigne de se laisser mystifier par un adversaire en tant qu’homme. Pour lui, les combats de lutte d’antan sont des confrontations de toutes les adversités. « Chacun se donnait à fond pour ne pas décevoir sa famille ainsi que sa région. C’est avant tout une question d’honneur », a-t-il martelé. Les combats étaient très rudes. Il a par ailleurs précisé que les meilleurs lutteurs sont toujours protégés par leurs coéquipiers. « Il était impossible de laisser un lutteur d’un autre département vous approcher. On ne laissait pas les lutteurs s’approcher des femmes, parce que les lutteurs sont préparés à travers des forces mystiques. Les marabouts me récitaient le Saint Coran chaque nuit. Les chefs traditionnels soutenaient aussi les efforts des lutteurs. A l’époque, le chef de canton de Magaria m’a offert une amulette difficile à transporter compte tenu de son poids, mais qui m’a beaucoup aidé dans mon parcours », avait confié Balla Dan Kado.
Les conditions de compétitions sont totalement différentes de ce qui se passe aujourd’hui. La lutte traditionnelle avait toutes ses valeurs et ses qualités culturelles. « C’était dans des situations complexes que les combats se déroulaient par le passé » confiait Balla Dan Kado. Au cours de sa carrière, Balla a été trois (3) fois finaliste et une seule fois champion. Il a perdu sa première finale à Zinder en 1978 contre Yacouba Ango dit Kantou de Maradi. En 1980 à Agadez, il était encore une fois de plus face au même Kantou qui l’a encore privé du sabre pour une seconde fois. Il a fallu en 1981 à Niamey pour que Balla puisse remporter le sabre devant Langa-Langa de Zinder. En outre, Balla a affronté les célébrités de son temps avec courage et témérité, notamment Kadadé Zambo, Kantou, Salma Dan Rani et autres.
Une décision de la fédération nigérienne de lutte avait mis fin à sa carrière en 1981 avec certains gladiateurs de son époque notamment Kantou, Salma Dan Rani, Kadadé Zambo, prétextant qu’ils empêchaient les jeunes de prospérer. Mais le Chef de l’Etat de l’époque le général Seyni Kountché a pris l’acte de les recruter en qualité d’agents de la Jeunesse et des Sports. Une nouvelle voie était ouverte pour les principaux monuments de la lutte au Niger. Depuis la prise de cette décision, ils ont continué à fréquenter les arènes. Balla a continué à partager sa riche expérience avec les lutteurs de la région de Zinder. Balla est admis à faire valoir ses droits à la retraite en 2005. Il s’est installé, avec sa famille à Matameye, où il exerçait les travaux champêtres. Pendant la lutte, il fréquente activement les arènes aux côtés des anciens lutteurs. Jusqu’à son dernier souffle, Balla Kado est resté fidèle à la lutte traditionnelle qu’il aimait tant.

Le sahel

Yaya Touré met fin à sa carrière

11 Mai 19
voiceniger

No Comments

L’ancien milieu de terrain du FC Barcelone et de Manchester City, Yaya Touré a décidé de mettre fin à sa carrière de joueur.

L’information a été rendue publique vendredi par l’agent du joueur ivoirien, Dmytro Selyuk.

Yaya Touré a obtenu une licence d’entraîneur et prévoit de commencer à exercer.

Le match d’adieu qu’il a disputé à Manchester City a été – en principe – le véritable point final de sa carrière de joueur, pas seulement au sein de cette équipe, mais également au niveau international.

Concernant le séjour de Yaya Touré à l’Olympiacos, Dmytro Selyuk indique que le footballeur ivoirien devait être “un entraîneur adjoint qui, tout en jouant, étudierait en vue d’obtenir sa licence d’entraîneur”.

“Le propriétaire d’Olympiacos, où Yaya a commencé sa carrière, a promis qu’il lui donnerait cette opportunité” précise l’agent joueur.

Les choses n’ont pas marché en raison de quelques grincements de dents au sein du club mais cela n’a pas entamé la détermination de Yaya Touré qui après la pelouse continuera d’évoluer dans le football depuis le banc en qualité d’entraineur.

 

BBC Afrique

Images: Getty Images

Blessé, Éric Bailly ne jouera pas la CAN

01 Mai 19
voiceniger

No Comments

Le défenseur international ivoirien de Manchester United, touché à un genou, ne jouera pas le reste de la saison et manquera la CAN 2019.

“Éric Bailly s’est blessé au genou droit lors du match de Premier League de dimanche contre Chelsea à Old Trafford. Le problème, c’est que l’international ivoirien ne jouera plus pour les [Red Devils] cette saison”, a déclaré Manchester United dans un communiqué.

“De plus, Bailly n’est plus en mesure de participer à la prochaine Coupe d’Afrique des nations”, a écrit le club anglais.

L’Ivoirien âgé de 25 ans a subi une lésion des ligaments internes lors d’une collision avec le milieu Mateo Kovacic, lors du match nul contre Chelsea (1-1).

La Côte d’Ivoire est l’un des favoris du tournoi de la CAN prévue du 21 juin au 19 juillet. Elle va jouer le premier tour contre les équipes du Maroc, de l’Afrique du Sud et de la Namibie.

 

RFI

MOUSSA MAAZOU : LE NIGÉRIEN FILE EN ARABIE SAOUDITE

10 Avr 19
voiceniger
,
No Comments

Sans club depuis la résiliation de son contrat avec le RC Lens en décembre 2018, Moussa Maazou va tenter de relancer sa carrière dans le Golfe. Le joueur originaire du Niger vient de retrouver un club. Il a signé à l’Ohod Club, qui évolue dans le championnat d’Arabie Saoudite. Cette équipe occupe à l’heure actuelle la dernière place du classement. A 5 journées de la fin, l’équipe se situe à la 16e position, à 7 longueurs du 13e et barragiste virtuel. L’ancien Bordelais et Monégasque va connaître le 17eme club de sa carrière et retrouvera d’autres internationaux, en la personne de l’Algérien Carl Medjani, du Tunisien Aymen Belaïd ou encore du Camerounais Adolphe Teikeu.

 

Africa Top Sports

Football:l’international togolais Sheyi Emmanuel Adebayor quitte définitivement la sélection nationale

06 Avr 19
voiceniger

No Comments

Le capitaine Sheyi Emmanuel Adebayor a quitté définitivement la sélection nationale togolaise, les Eperviers, a rapporté mardi le journal Icilomé.

Le ballon d’or africain en 2008 a tenu sa parole. Joint au téléphone lundi par les confrères de la radio locale, “Taxi FM”, l’attaquant d’Istanbul Basaksehir (un club turc de première division) a clairement confirmé que la rencontre Togo-Bénin discutée le 24 mars dernier à Cotonou est son dernier match avec la sélection, précise le journal.

“J’ai passé 19 ans en sélection, ce qui peut être un record au monde. Je pense véritablement qu’il est temps que je raccroche les crampons et de transmettre le flambeau aux plus jeunes. Le match Bénin-Togo est mon dernier match avec la sélection et j’ai bel et bien remis ce maillot à ma fille”, a déclaré l’international togolais.

Adebayor, 35 ans, a fait ses preuves à AS Monaco, Arsenal, Manchester City, Crystal Palace, Real Madrid. Il évolue actuellement dans la division d’élite turque, Istanbul Basaksehir.

Sheyi Adebayor a joué une phase finale de Coupe du monde et trois Coupes d’Afrique des Nations (CAN) avec les éperviers du Togo.

Le Togo a été éliminé de la phase finale de la CAN Egypte 2019 à l’issue de cette confrontation entre les Ecureuils du Bénin et les Eperviers du Togo battus 2-1 dans la poule D qui comptait également l’Algérie et la Gambie. L’Algérie et le Bénin étant qualifiés pour la phase finale.

Le Nigérian Kamaru Usman, premier champion africain de l’UFC

05 Avr 19
voiceniger

No Comments

Le combattant nigérian est devenu le premier champion africain de l’UFC, la prestigieuse ligue d’arts martiaux mixtes (MMA).

Il a battu l’Américain Tyron Woodley par décision unanime, 50-44, 50-44, 50-45, samedi soir, à Las Vegas.

Usman, surnommé le “Cauchemar nigérian”, a dominé donc cette compétition réservée aux moins de 77 kilos.

L’UFC est la plus grande compétition de MMA, où les compétiteurs combinent la boxe, le kickboxing, la lutte et d’autres disciplines.

Lors d’une conférence de presse, Usman a révélé qu’il s’était fracturé le pied avant le combat.

“J’avais dit aux Nigérians que je n’échouerais jamais. Et j’ai réussi le pari”, a-t-il dit aux journalistes, s’exprimant en pidgin, un mélange d’anglais et de langues parlées en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Usman est né au Nigeria, qu’il a quitté avec sa famille, pour s’installer à Arlington, au Texas (Etats-Unis).

 

BBC Afrique

Finale de la compétition de la lutte traditionnelle dénommée Coupe du Président de la République : Kadri Abdou dit Issaka Issaka remporte le trophée

04 Avr 19
voiceniger
,
No Comments

L’Arène des Jeux de Luttes Traditionnelles de Niamey a vibré du 29 Mars au 2 Avril au rythme de la compétition de la Coupe du Président de la République, SE Issoufou Mahamadou. Ce tournoi a été organisé à l’occasion du huitième anniversaire de l’accession à la magistrature suprême du pays, du Chef de l’Etat, SE Issoufou Mahamadou. La finale qui s’est déroulée dans une ambiance empreinte de chaleur et de fraternité entre les lutteurs, a été présidée par le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini.
A l’issue de la finale ayant opposé le roi des arènes en titre Kadri Abdou dit Issaka Issaka de Dosso et Saley Daouda d’Agadez, c’est Kadri Abdou de Dosso qui a confirmé sa notoriété de roi des arènes.
Rappelons que le tournoi a mis aux prises 32 meilleurs lutteurs du pays en fonction de quatre lutteurs par région. Les lutteurs qui se sont affrontés dans la discipline et le fair-play, ont livré des combats alléchants et des beaux spectacles ayant impressionné le public.
La finale qui a opposé Kadri Abdou à Saley Abdou a été impeccable au regard des niveaux physique et technique de ces deux animateurs des arènes. Notons que ces deux finalistes se sont rencontrés plusieurs fois au cours des compétitions du sabre national ou à d’autres rencontres. C’est pourquoi dès le coup de sifflet de l’arbitre, la vigilance a été de mise de part et d’autre. Au bout de deux minutes de pugilats, Saley a lancé une première offensive qui a été déjouée par le roi des arènes. Cette première attaque a marqué le début d’un réel combat d’une finale. Des tentatives et des intentions pour terrasser son adversaire s’observaient à travers l’engagement de deux lutteurs.
Kadri Abdou a surpris Saley Daouda en prenant son pied gauche qu’il a trainé dans l’aire de combat avant de le renvoyer au sol sous les youyous des supporteurs en moins de cinq minutes de combat. Ainsi, le gladiateur de la Cité de Djermakoye confirme sa notoriété en remportant la Coupe du Président de la République, édition 2019.
Quant à la rencontre du classement pour la 3e place, elle a opposé Yacouba Adamou de Niamey à Sani Abou de Maradi. Le combat a été totalement en faveur de Yacouba Adamou du fait de ses atouts, même s’il est par ailleurs en perte de performance ces dernières années. En outre, Yacouba a pris du temps avant d’engager des offensives. A la reprise de la pause, Yacouba a secoué son adversaire avant de le terrasser.
Le Champion Kadri Abdou, a reçu des mains du Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini, une somme de deux millions de FCFA et une coupe. Quant au 2e Saley Daouda, il a reçu une somme de 1.500.000 FCFA, tandis que le 3e Yacouba Adamou a eu la somme d’un million de FCFA, et enfin le 4e Sani Abou a reçu 500.000 FCFA.
Retenons que les 28 lutteurs qui n’ont pas pu franchir le dernier carré, ont reçu chacun une prime de participation de 100.000 FCFA.

Elim CAN U23: les affiches du dernier tour

28 Mar 19
voiceniger

No Comments

A l’issue des matchs du 2è tour des éliminatoires de la CAN U23, on connait les affiches du dernier tour. Et quelques matchs vaudront le détour.

Exempt du dernier précédent en raison du forfait de la Sierra Léone, le Cameroun sera face à la Tunisie.

Duel d’Afrique australe entre l’Afrique du Sud et le Zimbabwe.

Après avoir sorti le Sénégal, la Guinée se mesurera à le Côte d’Ivoire.

Ailleurs, le match Ghana – Algérie sera à suivre.

Les rencontres de ce dernier tour sont prévues en aller le 5 juin et en retour le 9 juin.

Les 7 qualifiés rejoindront l’Egypte pour la phase finale de la CAN U23 à la fin de l’année. Les 3 premiers se qualifieront pour le tournoi de football des Jeux Olympiques, Tokyo 2020.

Programme

Afrique du Sud vs. Zimbabwe

Zambie vs. Congo

Ghana vs. Algérie

Cameroun vs. Tunisie

Côte d’Ivoire vs. Guinée

Soudan vs. Nigeria

RD Congo vs. Mali

 

Africatopsports

Football/ Eliminatoires de la CAN 2019 des U23 : Le Mena encore out !

27 Mar 19
voiceniger
,
No Comments

Après l’élimination de l’équipe fanion du Niger, le Mena senior, dans la course à la Coupe d’Afrique des Nations qui se tiendra au mois de juin prochain en Egypte, l’équipe nationale des U23 du Niger vient également de subir le même sort en se faisant écarter de la compétition par les Eléphanteaux de la Côte d’ivoire vainqueur en aller et retour.
Le premier acte de cette rencontre a été joué vendredi dernier sur la pelouse du stade Général Seyni Kountché de Niamey. Décevante dans tous les compartiments du jeu, l’équipe nationale des U23 du Niger a courbé l’échine devant ses propres supporters en perdant le match sur le score de 1 but contre deux pour les ivoiriens. Dès lors on savait que la manche retour prévue pour se disputer trois jours plus tard à Abidjan allait sceller le destin du Mena dans cette compétition. Et les dieux de la lagune Ebrié n’ont pas été cléments envers les Nigériens.
La pilule fut amère pour le Mena. Car par six fois le portier des U23 du Niger est allé chercher la balle au fond de ses filets. La Côte d’Ivoire s’est donc largement imposée devant le Niger sur le score de 6 buts contre1. Les buts ivoiriens ont été l’œuvre de
Willy Braciano qui a réussi le doublé, de Dao Youssouf, de Kouakou Christian, et de Timité Cheick. Darekoum, le défenseur Nigérien a même prêté main forte aux ivoiriens en réussissant à marquer contre son camp. Une véritable douche froide qui a glacé le public sportif nigérien qui tente encore de comprendre les raisons d’une telle déconvenue. Car quoi qu’on dise, cette équipe nationale des U 23 compte en son sein une bonne dose des joueurs du Mena U20, qui ont vaillamment défendu les couleurs nationales lors de la CAN U20 qui s’est jouée au mois de février dernier à Niamey et à Maradi. Pourquoi ces joueurs ont-ils fondu comme beurre au soleil devant des modestes Eléphanteaux de Côte d’ivoire qui n’ont encore rien prouvé sur le plan international ? Il ya assurément un dysfonctionnement au niveau de nos sélections nationales qu’il convient de corriger le plus tôt possible pour donner à notre pays des chances de jouer les grandes compétitions africaines et mondiales.

Le sahel.org

Deuxième édition de la Coupe de lutte traditionnelle de Niger-Poste : Yacouba Adamou de Niamey remporte le trophée

26 Mar 19
voiceniger
,
No Comments

Le Groupe Niger-Poste a organisé en collaboration avec la Direction Régionale des Sports et de la Jeunesse, du 22 au 24 mars 2019, la deuxième édition de la Coupe de lutte traditionnelle, dénommée “coupe Niger-Poste”. Cette deuxième édition a été lancée le 22 mars dernier, dans l’après-midi, à l’Arène de Lutte Traditionnelle de Niamey. À l’issue des confrontations, c’est le lutteur Yacouba Adamou de Niamey qui est sorti vainqueur de la coupe.

Cette deuxième édition de la Coupe Niger poste a réuni des lutteurs de trois régions, à savoir Niamey, Tillabéry et Tahoua. Niamey a aligné 6 lutteurs et les deux autres régions ont présenté chacune 3 lutteurs. Les lutteurs ont été répartis en deux poules A et B. Les organisateurs ont mis sous plis 12 numéros de 1 à 12. Tous les lutteurs qui ont tiré les numéros de 1 à 6 étaient dans la poule A et ceux qui ont les numéros de 7 à 12 dans la poule B. Selon la formule adoptée, dans chaque poule les lutteurs s’affronteront et à la fin les deux premiers seront qualifiés pour les demi-finales. A l’issue de la compétition c’est Yacouba Adamou qui est classé premier. Il gagne la coupe de Niger-Poste et 500 000 FCFA plus 200 000 FCFA et un compte d’épargne offert par BSIC partenaire du Niger-Poste. Sabo Abdoulaye est classé deuxième et s’en sort avec une enveloppe de 300 000 FCFA ; Ali Yaro est troisième avec une enveloppe de 200 000 FCFA et le quatrième Inoussa Allasane, a une enveloppe de 100 000 FCFA. Il faut noter que tous les autres lutteurs ont reçu 50 000 FCFA comme prix d’encouragement.
Le Directeur général de la société Niger-Poste, M. Idrissa Kané et la Directrice Régionale de la Jeunesse et des sports de Niamey, Mme Djibo Ramatou Marounfa ont salué le bon déroulement de cette compétition qui s’est déroulée sous le thème : «Ensemble réalisons le rêve d’un Niger nouveau».
Le Directeur Général du Niger-Post,e M. Idrissa Kané s’est réjoui également de l’engouement qui est créé de plus en plus autour des compétitions de ce genre et du soutien dont bénéficient les organisateurs.
M. Idrissa Kané a profité de cette occasion pour rappeler la mission de Niger Poste, qui consiste à être un acteur majeur de l’inclusion
financière, en se basant sur l’innovation, et des offres grâce au TIC.
Niger-Poste, a-t-il rappelé, est la première société au Niger ayant le plus large réseau, car présente
partout sur l’étendue du territoire nationale.
Parlant de la coupe de lutte traditionnelle, M. Idrissa Kané a souligné que c’est une façon pour la société de contribuer aux efforts du Gouvernement, dans l’épanouissement de la jeunesse, le renforcement de la cohésion sociale, le raffermissement de la fraternité, etc.
«La lutte traditionnelle est le cadre idéal pour passer des messages, car c’est un facteur de mobilisation et de rassemblement de la jeunesse», a-t-il dit.

Lesahel.org

Inline
VoiceNiger.com
Inline
VoiceNiger.com