logo Voiceniger

Actualités musicales | People | Vidéothèque | Audiothèque | Ecouter la Musique | Contact |

Monthly Archives:mars 2018

Niamey: des leaders de la société civile toujours incarcérés

30 Mar 18
voiceniger

No Comments

Les acteurs de la société civile nigérienne viennent de passer leur première nuit en prison. Les leaders de la société civile Ali idrissa, Nouhou Arzika et Moussa Tchangari sont poursuivis pour « organisation et participation à une manifestation interdite » et « complicité de destruction de biens publics et privés ». Au total, sur les 23 accusés un seul a été libéré. Plusieurs sympathisants des leaders étaient mardi au tribunal.

Les six leaders de la société civile et les seize autres manifestants ont tous été placés sous mandat dans cinq prisons autour de la capitale, dans la région de Tillabery. Mais dès leur arrivée au parquet un premier incident a opposé le collectif des avocats au doyen des juges.

« L’heure est très grave, a dit le bâtonnier Samna Daouda, parce qu’un juge d’instruction, il instruit à charge et à décharge, mais tout laisse croire que ce juge d’instruction est aux ordres. Nous avons le devoir, en tant qu’avocats, de faire en sorte que la justice passe. »

Pour l’actrice de la société civile Soly Ramatou, ses camarades sont jugés d’avance : « C’est un sentiment de révolte, mais pas de surprise. On savait déjà que les carottes étaient cuites pour nos camarades, nous savons déjà qu’ils étaient jugés d’avance. »

Au moment d’embarquer les leaders pour leurs prisons respectives, un groupe de jeunes a bloqué le passage obligeant les gardes à négocier.

Tout en dénonçant une justice expéditive, Sidikou Moussa se dit déterminé à lutter contre la loi des finances : « Je pense qu’ils pensent que ce sont les leaders qui ont été décapités. Non, de nouvelles têtes sont encore là et nous allons continuer la lutte. » Plusieurs dizaines d’autres manifestants sont activement recherchés par la police.

La campagne internationale «  Tournons la page » exige la libération immédiate et sans condition des 23 personnes arrêtées, et la réouverture de la radio-télévision Labaari fermée depuis dimanche soir. « Tournons la page », dénonce également la dérive autoritaire du pouvoir nigérien.

 

RFI

La construction de la boucle ferroviaire Niamey – Cotonou est finalement confiée à la Chine

28 Mar 18
voiceniger

No Comments

La construction de la boucle ferroviaire reliant Niamey (Niger) à Cotonou (Bénin) sera faite par la China Railway Construction Corporation (CRCC).

Le groupe Petrolin, de l’homme d’affaires béninois Samuel Dossou qui a remporté, au détriment de Bollore Africa Logistics, le bras de fer juridique pour l’exécution de cette boucle est lui aussi écarté. Ceci, pour favoriser la reprise du projet, selon le Président béninois qui a visiblement le soutien de son homologue nigérien. « Un investisseur privé ne peut pas financer seul le chemin de fer que nous voulons,» a laissé entendre Patrice Talon (photo).

Par conséquent, selon la presse française, le président Talon aurait promis à Petrolin en lieu et place de ce projet, la construction du port en eau profonde de Sèmè–Podji (situé entre Cotonou et Porto Novo). Ceci, en plus du remboursement (tout comme à Bollore) de tous les investissements consentis par l’homme d’affaires béninois dans le projet de la boucle ferroviaire.

La construction du chemin de fer Niamey – Dosso – Parakou – Cotonou est long de 648 kilomètres et estimé à plus de 4 milliards de dollars. Démarré en 2013, il a été arrêté aussitôt compte tenu des démêlées judiciaires entre Bollore Africa Logistics (filiale du groupe français Bollore) et Petrolin qui se disputaient la paternité de la réalisation du projet.

 

(Niamey et les 2 jours)

Diffa: sept civils tués dans une attaque terroriste à Toumour

24 Mar 18
voiceniger

No Comments

Au moins sept civils ont été tués et plusieurs autres blessés dans une attaque attribuée au groupe terroriste Boko Haram dans la nuit de jeudi à vendredi à Toumour, sud-est du Niger, proche de la frontière du Nigeria, ont rapporté vendredi des médias nigériens.

L’attaque perpétrée aux environs de 21H30 (locales), visait notamment une position des Forces de défense et de sécurité (FDS) nigériennes basée dans la commune et le marché. Les assaillants ont emporté une importante quantité des vivres.

La commune de Toumour a été plusieurs fois la cible du groupe terroriste. La dernière attaque remonte au 7 janvier dernier et avait visé une compagnie des FDS. Elle avait fait six morts, dont cinq militaires. En outre, plusieurs véhicules appartenant à l’armée avaient été emportés par les assaillants, qui en ont brulé d’autres, dont un char de combat.

La région frontalière entre le Niger le Nigéria subit depuis trois ans des attaques à répétition de Boko Haram à partir de ses positions nigérianes, qui ont fait des centaines de victimes civiles et militaires ainsi que des milliers de déplacés des deux pays.

Grâce à des opérations de grande envergure engagées depuis plus d’un an par une force multinationale mixte composée des armées du Tchad, du Niger, du Cameroun et du Nigeria contre le groupe terroriste, ses attaques ont connu une relative accalmie dans la région ces derniers temps.

 

china.org

Les ministres et les députés nigériens seront désormais soignés à l’Hôpital de Référence de Niamey

21 Mar 18
voiceniger

No Comments

C’est l’une des grandes décisions prises en Conseil des ministres vendredi dernier. « Il a été décidé que désormais, les ministres et les députés ne feront l’objet d’évacuation aux frais de l’Etat que dans la mesure où les prestations concernées ne peuvent être fournies par l’Hôpital Général de Référence.», lit-on dans le communiqué ayant sanctionné la réunion gouvernementale.

En effet, à l’occasion d’une communication faite par le ministère de la Santé publique, il ressort que l’Hôpital Général de Référence dispose d’un personnel hautement qualifié et d’un plateau technique de pointe. « Sa mise en service devra permettre de réduire de manière significative les coûts liés aux évacuations sanitaires à l’extérieur du pays. », projette-t-on.

Les députés et ministres ne sont pas les seuls concernés par cette décision. Le communiqué informe que tout dossier médical qui nécessite une évacuation sanitaire sera désormais soumis à l’avis préalable de l’Hôpital Général de Référence qui indiquera la nécessité ou pas de faire recours aux hôpitaux à l’étranger.

L’hôpital de Référence a été inauguré le 2 août 2016 à Niamey et est le fruit de la coopération sino-nigérienne. D’un coût de 44 milliards FCfa et construit sur 16 hectares, l’hôpital est doté d’une capacité de 500 lits. Le complexe comprend plusieurs services comme le laboratoire, la cardiologie, les urgences, le bloc opératoire, les hospitalisations et les imageries.

A son inauguration en août 2016, le Président nigérien avait laissé entendre qu’il sera animé par des spécialistes nigériens et chinois. Il permettra en outre, de réduire le coût considérable des évacuations sur le budget. Lequel coût est estimé à plus de 5 milliards FCfa, selon les chiffres fournis par le gouvernement en 2016.

 

(Niamey et les 2 jours)

Niamey: des étudiants exclus de l’université sur fond de climat d’insécurité

17 Mar 18
voiceniger

No Comments

Au Niger, les enseignants de l’université sont toujours en grève suite à l’agression de l’un d’entre eux le 7 février dernier. Le syndicat dit vouloir en finir définitivement avec l’insécurité qui règne sur le campus. Suite à cette agression, un conseil d’université vient de se réunir cette semaine. Il a été décidé mercredi d’exclure définitivement cinq étudiants, qui ont tous des responsabilités au sein de l’Union des étudiants nigériens de l’université de Niamey (UENUN).

Les étudiants auraient pu écoper d’un blâme ou d’un avertissement, mais c’est finalement l’exclusion définitive, la sanction la plus dure, qui a été décidée.

Le premier visé est Sita Diabri, le secrétaire général de l’UENUN. Sont aussi exclus son adjoint et le délégué général de la Caso et deux autres représentants de cette organisation qui gère les oeuvres sociales de la faculté, mais qui fait aussi du maintien de l’ordre. Une prérogative que contestent précisément les enseignants en grève qui accusent la Caso d’être une organisation qui sème la terreur sur le campus.

Sida Diabri se dit surpris par cette sanction et dénonce un acharnement de la part du rectorat, mais aussi du syndicat des enseignants chercheurs. Pour lui, le 7 février, il n’y a pas eu d’agression avec un enseignant, mais une altercation. Et surtout, ajoute-t-il, les étudiants présents physiquement n’ont pas été identifiés.

Il annonce son intention de déposer un recours dès que la décision d’exclusion lui sera notifiée formellement.

 

RFI

Violente attaque contre un poste de gendarmerie à 40 km de Niamey

13 Mar 18
voiceniger
No Comments

Au Niger, des hommes armés ont pris d’assaut cette nuit un poste de gendarmerie à 40 kilomètres de Niamey. Une attaque assez inhabituelle aussi proche de la capitale.

C’est une attaque vraiment osée qui s’est déroulée vers 22h30 environ, heure de Niamey, à seulement 40 kilomètres au nord de la capitale du Niger. Le bilan de cette attaque spectaculaire est de trois gendarmes tués à leurs postes de garde à l’entrée du village de Goubé et un blessé par balle.

Après leur forfait, les assaillants, qui n’ont pas été identifiés pour l’instant, sont repartis en moto en direction du sud-ouest, vers la frontière malienne située à plus de 100 kilomètres du village de Goubé. Précision importante, le village de Goubé n’a pas été attaqué par ces assaillants et les villageois rencontrés ce matin ne comprennent toujours pas comment leur village a pu échapper aux terroristes. Aussitôt, l’alerte donnée, les forces de défense et de sécurité sont parties à leur poursuite. Impossible pour l’instant de savoir si les assaillants ont été rattrapés ou neutralisés.

En tout cas, c’est la première fois qu’une telle attaque, si proche de Niamey, se produit entrainant la mort d’hommes. La dernière s’est produite il y a deux ans. Des terroristes venus du nord du Mali avaient tenté d’attaquer la prison de haute sécurité de Koutoukalé et de libérer leurs camarades. Ils avaient été mis en déroute.

 

RFI

Niamey: un an ferme contre un journaliste pour usage de faux

12 Mar 18
voiceniger

No Comments

Le présentateur du journal d’un chaîne de télévision nigérienne, très critique à l’égard du régime, a été condamné à un an de prison ferme en appel ce lundi. Il est accusé d’usurpation de la nationalité nigérienne.

 

BFMTV

Au Conseil des ministres du Jeudi 08 Mars 2018 : Adoption de plusieurs projets de textes et des mesures nominatives

09 Mar 18
voiceniger

No Comments

Le Conseil des ministres s’est réuni, hier, jeudi 08 mars 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres. Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes:
I. AU TITRE DU MINISTERE DE L’INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
1.1.Projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence dans la Région de Diffa.
La situation sécuritaire dans la région de Diffa bien que sous contrôle, demeure encore fragile depuis l’avènement de la secte Boko Haram. Cette situation a conduit à la proclamation depuis février 2015, de l’état d’urgence dans cette partie du territoire.
Le présent projet de loi intervient pour proroger à nouveau cette mesure pour une durée de trois (03) mois, à compter du 18 mars 2018.
1.2.Projet de loi portant prorogation de l’état d’urgence dans les Régions de Tillabéri (Départements de Ouallam, d’Ayorou, de Bankilaré, d’Abala et de Banibangou) et de Tahoua (Départements de Tassara et de Tillia).
L’effondrement de l’Etat Libyen a entrainé la sanctuarisation du Nord-Mali par des groupes terroristes qui se sont dispersés dans toute la sous-région, particulièrement au Niger dans les régions de Tillabéry et de Tahoua.
Face à cette situation, le Gouvernement a décidé d’accroître les moyens matériels et juridiques des Forces de Défense et de Sécurité pour combattre l’ennemi à travers notamment la proclamation de l’état d’urgence par décret n° 2017-157/ PRN/PM/ MDN/ MISPD/ACR/MJ du 03 mars 2017 qui a fait l’objet de plusieurs prorogations. En raison de la persistance des menaces sur la sécurité des personnes et des biens, le présent projet de loi intervient pour proroger à nouveau cette mesure, pour une nouvelle période de trois (3) mois, à compter du 18 mars 2018.
Ces deux projets de lois seront transmis à l’Assemblée Nationale pour adoption.
II. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

2.1.Projet de décret modifiant et complétant le décret n° 2012-083/PRN/MJ du 21 mars 2012 déterminant l’organisation, la composition et les modalités de fonctionnement de l’Agence Nationale de la Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP).
Le décret n° 2012-083/PRN/MJ du 21 mars 2012 déterminant l’organisation, la composition et les modalités de fonctionnement de l’Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP) confie à cette structure la gestion de la problématique de la traite des personnes à travers l’amélioration du cadre juridique et institutionnel, la formation des acteurs en charge de cette thématique, la sensibilisation des couches vulnérables, la collecte des données et les études.
Avec l’adoption de la loi n° 2015-36 du 26 mai 2015 relative au trafic illicite des migrants, il est apparu nécessaire de modifier et de compléter le décret du 21 mars 2012 pour prendre en compte notamment la question du trafic illicite des migrants. C’est l’objet du présent projet de décret.
2.2.Projet de décret allouant des indemnités et autres avantages aux responsables et au personnel de l’Agence Nationale de la Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP).
Le présent projet de décret est pris en application des dispositions de l’article 17 du décret n° 2012-083/PRN/MJ du 21 mars 2012 déterminant l’organisation, la composition et les modalités de fonctionnement de l’Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP) qui précise que les indemnités et autres avantages alloués au personnel de l’Agence et de ses démembrements sont fixés par décret pris en Conseil des Ministres ».
Son adoption vise à mettre le personnel de l’ANLTP dans les conditions optimales de travail afin de lui permettre de s’acquitter convenablement de la mission à lui assignée.
III. AU TITRE DU MINISTERE DES DOMAINES ET DE L’HABITAT.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant déclassement d’une partie du couloir de la voie ferrée telle que prévue par le Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la Ville de Niamey de 1984.
En prélude à l’organisation des 5èmes jeux de la francophonie à Niamey en 2005, un site avait été identifié et aménagé pour la création d’une cité dite « Village de la Francophonie » devant abriter l’ensemble des participants à ce grand évènement.
La mise en œuvre de cet aménagement a cependant eu comme conséquence l’interruption du tracé de la voie ferrée prévue par le Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU) de la ville de Niamey.
Le présent projet de décret de déclassement est pris pour ramener les portions de terrains concernées par la construction dudit site, exception faite de la voirie et des équipements publics, dans le domaine privé de la ville de Niamey afin de régulariser les aménagements déjà exécutés et de garantir la sécurité foncière aux personnes qui ont acquis des immeubles dans lesdits aménagements.
IV. AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
4.1.Projet de loi portant sur la communication audiovisuelle.
Le Niger s’est engagé dans la voie de la libéralisation du secteur audiovisuel avec l’adoption de l’ordonnance n° 93-31 du 30 mars 1993 relative à la communication audiovisuelle qui consacre la liberté de production des contenus et celle de leur diffusion.
Depuis lors, le cadre juridique de l’audiovisuel fait face aux mutations technologiques et aux enjeux économiques imposés par la numérisation et la compression des informations qui ne cessent de bouleverser la conception originelle de la communication audiovisuelle dans ses composantes de services de radio et de télévision diffusés aujourd’hui sur des terminaux fixes ou mobiles suivant différents modes.
Aussi, les mutations institutionnelles et règlementaires qu’à connues le secteur de la communication au Niger ces dernières années, notamment l’adoption de l’ordonnance n° 2010-35 du 04 juin 2010, portant régime de la liberté de presse, mettent en évidence l’impérieuse nécessité d’une adaptation du cadre juridique de l’audiovisuel afin de remédier aux insuffisances, aux incohérences et aux vides juridiques constatés dans la régulation de la communication audiovisuelle.
En outre, le Niger a souscrit à la directive n°01/2015/CM/UEMOA du 30 mars 2015, portant harmonisation du cadre règlementaire de la télévision numérique terrestre et à l’Accord de Genève du 16 juin 2006 relatif au service de la radiodiffusion numérique de terre.
Le présent projet de loi s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’Axe stratégique « adaptation du cadre juridique et institutionnel » du document de la Stratégie Nationale de Transition vers la Télévision Numérique Terrestre approuvé par décret n° 2013-157/PRN/MC/NTI du 12 avril 2013.
Il a pour objet la règlementation de la communication audiovisuelle tout en réaffirmant les principes fondamentaux de la liberté de communication audiovisuelle et le droit des citoyens à une offre diversifiée et pluraliste. Il détermine également le régime juridique applicable aux différentes activités de la nouvelle chaine de valeur de l’audiovisuelle induite par le développement des technologies numériques que sont l’édition, le multiplexage, la diffusion et la distribution.
Enfin, l’adoption du présent projet de loi permettra au Niger de satisfaire à ses engagements communautaires et internationaux souscrits dans le cadre de la transition vers la radiodiffusion numérique de terre et de disposer d’un cadre juridique plus adapté pour la gouvernance du secteur de l’audiovisuel.
4.2.Projet de loi organique modifiant et complétant la loi n° 2012-34 du 07 juin 2012, portant composition, attributions, organisation et fonctionnement du Conseil Supérieur de la Communication (CSC).
Le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a pour mission d’assurer et de garantir la liberté et l’indépendance des moyens de communication audiovisuelle et de la presse écrite et électronique, dans le respect de la loi. C’est également l’organe de régulation de la communication au Niger.
L’avènement de la Télévision Numérique Terrestre a conduit à la nécessité de modifier la loi sur le CSC pour d’une part, adapter le cadre juridique et institutionnel de la régulation au nouveau contexte et d’autre part, accroître les pouvoirs du CSC tout en garantissant la liberté et l’indépendance des médias. Ces deux projets de lois seront transmis à l’Assemblée Nationale pour adoption.
V.AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret modifiant et complétant l’annexe au décret n° 2014-490/PRN/MFP/RA du 22 juillet 2014, portant approbation des Statuts de la Caisse Autonome des Retraites du Niger (CARENI).
Dans le cadre de la gestion administrative et financière rationnelle des pensions de retraite et accessoires, le Gouvernement a créé la caisse autonome des retraites du Niger (CARENI) avec pour mission de liquider, concéder et payer les pensions et accessoires de pension ainsi que les rentes d’invalidité des fonctionnaires de la République du Niger.
Ses Statuts ont été adoptés par le décret n°2014-490/PRN/MFP/ RA/ MF du 22 juillet 2014, pour mettre en place les organes d’administration et de gestion. A cet effet, les dispositions de l’article 59 des Statuts de la CARENI ont prévu que : « A titre transitoire, pendant une période de trois (3) ans, le Directeur Général de la CARENI est nommé par décret pris en Conseil des Ministres ».
Le présent projet de décret a pour objet de modifier les Statuts de la CARENI afin d’assurer la régularité et la continuité de l’administration et de la gestion de cette structure.
VI. AU TITRE DU MINISTERE DE L’INDUSTRIE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret accordant le bénéfice des avantages des dispositions spéciales du Code des Investissements à la société «NIGER SHIELD (N-SHIELD)» pour l’activité de construction de six cents (600) logements en vue de la location-vente.
La société NIGER SHIELD (N-SHIELD) est une société anonyme nigérienne dotée d’un capital social de 10.000.000 de francs de CFA opérant dans l’immobilier. Son promoteur, de nationalité nigérienne a sollicité l’agrément au bénéfice des avantages des dispositions spéciales du Code des Investissements, au nom de sa société, pour l’activité de construction de six cents (600) logements destinés à la location-vente.
Au cas où l’agrément lui est accordé, la société N-SHIELD s’engage à investir, dans un délai maximum de trente six (36) mois, un montant de 12.126.662.048 francs CFA, hors fonds de roulement pour réaliser son projet.
Les impacts socio-économiques du projet seront notamment : la création de vingt-cinq (25) emplois permanents ; la contribution à l’amélioration du cadre de vie des populations, par des facilités offertes pour accéder à des logements décents ; la contribution à l’amélioration des taux de scolarisation et de couverture sanitaire par la construction et la mise à la disposition de l’Etat d’un complexe scolaire et d’un centre de santé à titre gracieux.
VII. MESURES NOMINATIVES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :
AU TITRE DU CABINET DU PREMIER MINISTRE.
• Monsieur Maty Elhadj Moussa, magistrat, est nommé président du conseil d’administration de l’Ecole nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM).
AU TITRE DU MINISTERE DE L’EMPLOI, DU TRAVAIL DE LA PROTECTION SOCIALE.
• Monsieur Adolphe Sagbo, est nommé président du conseil d’administration de la Caisse nationale de Sécurité Sociale, au Ministère de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale.
• Monsieur Idrissa Djibrilla, est nommé deuxième (2ème) vice-président du conseil d’administration de la Caisse nationale de Sécurité Sociale, au Ministère de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale.
• Monsieur Nahantchi Ibrahim, directeur administratif, est nommé directeur général de l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi, au Ministère de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE.
• Colonel-major Morou Seydou, Mle OA/SM, officier supérieur des Forces Armées Nigériennes, est nommé directeur des relations extérieures et de la coopération militaire, au Ministère de la Défense Nationale.
• Colonel Sofiani Mounkaïla, Mle OA/SM, officier supérieur des Forces Armées Nigériennes, est nommé directeur des études stratégiques, au Ministère de la Défense Nationale.
• Colonel Chaïbou Idrissa, Mle OA/SM, officier supérieur des Forces Armées Nigériennes, est nommé directeur des systèmes d’information et de communication, au Ministère de la Défense Nationale.
AU TITRE DU MINISTERE DES TRANPORTS.
• Monsieur Chékarao Bagoudou, ingénieur des transports, Mle 52076/B, est nommé conseiller technique du Ministre des Transports.
• Monsieur Pereira Charafadine, directeur administratif, Mle 51134/L, est nommé conseiller technique du Ministre des Transports.

AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION, DE L’INTEGRATION AFRICAINE ET DES NIGERIENS A L’EXTERIEUR.
• Monsieur Issa Baoua, économiste, est nommé directeur de la mobilisation de la diaspora pour le développement, au Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE.
• Monsieur Moussa Attah Assoumane, directeur administratif, Mle 68547/M, est nommé secrétaire
général du Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
• Monsieur Mossi Djibrilla, directeur administratif, Mle 56914/K, est nommé directeur général de la fonction publique, au Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
• Monsieur Neino Boubé Mahamadou, directeur administratif, Mle 115510/V, est nommé directeur des recrutements et des reclassements des agents de l’Etat, au Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
• Monsieur Hamidou Doudou, ingénieur statisticien économiste, Mle 69930, est nommé directeur de l’informatique, au Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
• Madame Siradja Nafissatou Saïdou Gabeye, directeur administratif, Mle 112929/Y, est nommée directrice des stages et de l’ingénierie de la formation des agents de l’Etat (DS/IFAE), au Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
• Madame Tassiou Lawali Oumal-Hairy, directeur administratif, Mle 85192/J, est nommée directrice de la discipline et du contentieux, au Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
• Monsieur Amadou Soumana Gaoh Mahaman Sani, chef de division d’administration générale, Mle 119293/M, est nommé directeur de la gestion des carrières, au Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
• Madame Badjo Souna Salamatou, directeur administratif, est nommée directrice de la gestion prévisionnelle des effectifs, au Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION.
• Monsieur Bouzou Moussa Ibrahim, professeur titulaire du CAMES, est nommé conseiller technique du Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
• Docteur Malam Boukar Awa Krou Abba, enseignant-chercheur, Mle 005, est nommé secrétaire général de l’Université de Zinder, au Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
• Monsieur Karimou Harouna
Boureima, enseignant-chercheur, Mle 002/011, est nommé secrétaire général de l’Université de Tillabéry, au Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
• Monsieur Seyni Mamoudou, enseignant-chercheur, Mle 003/005, est nommé secrétaire général de l’Université de Dosso, au Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA RENAISSANCE CULTURELLE, DES ARTS ET DE LA MODERNISATION SOCIALE.
• Monsieur Amadou Beidari Moumouni, est nommé directeur général du Palais de Congrès, au Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA VILLE ET DE LA SALUBRITE URBAINE.
• Monsieur Salifou Hassoumi, ingénieur géomètre principal, Mle 50742/D, est nommé secrétaire général du Ministère de la Ville et de la Salubrité Urbaine.
AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE.
• Madame Issa Mariama Ali Omar, ingénieur des eaux et forêts, Mle 63530/K, est nommée conseillère technique du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.
• Monsieur Sani Mahazou, ingénieur des eaux et forêts, Mle 62987/L, est nommé directeur général du développement durable et des normes environnementales, au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable.
• Monsieur Harouna Oumarou,
ingénieur des eaux et forêts, Mle 53949/W, est nommé directeur de l’économie environnementale et de la promotion des filières vertes, au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable.
• Monsieur Seydou Moussa Ali, ingénieur des eaux et forêts, Mle 71176/G, est nommé directeur des normes, de la prévention des risques et du cadre de vie, au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable.
• Madame Harouna Ramata Abba Kiari, ingénieur des eaux et forêts, Mle 119003/J, est nommée directrice du renforcement de la résilience et de l’atténuation au changement
climatique, au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable.
• Monsieur Yacouba Seybou,
ingénieur des eaux et forêts, Mle 60716/U, est nommé directeur de la gestion durable des terres, au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable.
• Monsieur Samaila Sahailou, ingénieur des eaux et forêts, Mle 59685/P, est nommé directeur de la faune, de la chasse, des parcs et des réserves, au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable.
• Monsieur Zennou Moussa Aghali, ingénieur des eaux et forêts, Mle 73901/N, est nommé directeur des ressources humaines, au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable.
AU TITRE DU MINISTERE DES MINES.
• Monsieur Maidabo Kané, ingénieur général des travaux publics et mines est nommé inspecteur général des services, au Ministère des Mines.
• Monsieur Modi Abdoulkadri, ingénieur des mines, Mle 69266/L, est nommé inspecteur des services, au Ministère des Mines.
• Monsieur Sori Boubacar, ingénieur général des travaux publics et mines, est nommé président du conseil d’administration de la SOPAMIN, au Ministère des Mines.
AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE DE L’ALPHABETISATION, DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES ET DE L’EDUCTION CIVIQUE.
• Monsieur Asmane Mahamadou, inspecteur de l’enseignement primaire, Mle 57232/R, est nommé secrétaire général adjoint du Ministère de l’Enseignement Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique.
AU TITRE DU MINISTERE DES DOMAINES ET DE L’HABITAT.
• Monsieur Nouhou Abdou, géographe, Mle 71146/A, est nommé secrétaire général adjoint du Ministère des Domaines et de l’Habitat.
• Monsieur Serkindia Assoumane, ingénieur général des travaux publics et mines, Mle 52727/X, est nommé inspecteur des services, au Ministère des Domaines et de
l’Habitat.
• Monsieur Boukary Sabo Adamou, ingénieur principal des travaux publics et mines, Mle 115491/J, est nommé directeur de la promotion immobilière et des logements sociaux, au Ministère des Domaines et de l’Habitat.
• Monsieur Tankari Mahamadou, inspecteur des finances, est nommé directeur général de la SONUCI, au Ministère des Domaines et de
l’Habitat.
• Madame Djika Rékiatou née Bako, inspectrice du travail et de la sécurité sociale, est nommée présidente du conseil d’administration de la SONUCI, au Ministère des
Domaines et de l’Habitat.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION.
• Monsieur Souley Cissé Oumarou, cadre de l’information, Mle 101728/M, est nommé directeur de la communication, au Ministère de la Communication.
• Monsieur Alio Daouda, inspecteur principal de trésor, est nommé directeur général de l’Office National d’Edition et de Presse, au Ministère de la Communication.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA POPULATION.
• Monsieur Yansambou Amadou, directeur administratif, Mle 77203/V, est nommé inspecteur général des services, au Ministère de la Population.
• Madame Aïssata Hama Sambo, docteur en santé publique, Mle 56519/Y, est nommée directrice des études et de la programmation, au Ministère de la Population.
• Monsieur Saidou Boubacar Moussa, inspecteur principal des contributions diverses, Mle 58641/T, est nommé directeur des ressources financières et du matériel, au Ministère de la Population.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS.
• Monsieur Abdou Ibrahim, inspecteur central des douanes, est nommé président du conseil d’administration de l’Institut National de la Jeunesse, des Sports et de la
Culture (INJS/C).
VIII. COMMUNICATIONS.
Le Conseil des Ministres a entendu deux (2) communications :
– une (1) communication du Ministre des Transports relative à la signature de la Convention relative à la rénovation de l’Aéroport International Diori Hamani entre la République du Niger et la Société Turque Summa dans le cadre du Partenariat Public Privé (PPP) ;
– une (1) communication du Ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique relative à l’attribution d’un marché public sur les études complémentaires de faisabilités du projet de la dorsale transsaharienne à fibre optique.
Cette communication est faite à titre d’information en application des
dispositions de l’Arrêté n° 00139/CAB/PM/ARMP du 24 juillet 2017 fixant les seuils dans le cadre de la passation des marchés publics qui stipule en son article 11 que «Tout marché public dont le montant est égal ou supérieur à cinq cent millions (500.000.000) de francs CFA, hors taxes sur la valeur ajoutée, doit faire l’objet d’une communication en Conseil des Ministres de la part de la personne responsable du marché, après approbation ».
L’ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance. ».
Onep

Rénovation de l’Aéroport international de Niamey, les travaux peuvent débuter

08 Mar 18
voiceniger

No Comments

L’accord de convention portant sur la rénovation de l’Aéroport international de Niamey a été signé le mardi 06 Mars à Niamey, entre l’État du Niger et l’entreprise turque SUMMA. Le chantier sera livré avant juillet 2019.

C’est la Salle de Banquet de la Primature qui a servi de cadre pour la signature de la convention portant rénovation de l’aéroport international Diori Hamani de Niamey, entre M. Karidjo Mahamadou, ministre en charge des Transports, représentant l’État du Niger et M. Selim Bora, Président de SUMMA.

C’était en présence du Ministre des Finances, Massoudou Hassoumi, celui du Domaine et de l’Habitat, Waziri Maman et le Directeur général de l’Agence Nationale pour l’organisation de la Conférence de l’Union Africaine (Agence UA Niger 2019), Mohamed Saidil Mocta, par ailleurs Ministre-Conseiller à la Présidence de la République, ainsi que bien d’autres personnalités.

Prenant la parole au cours la cérémonie de signature, le ministre Karidjo Mahamadou a indiqué que les travaux qui démarreront sous peu vont s’achever en 2019. Il a invité, à cet effet, l’autre partie contractante à mobiliser tous les moyens afin que l’Aéroport international de Niamey soit prêt et « capable d’accueillir les hôtes de marque de la 33e Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine » prévue pour juillet 2019.

Remerciant les autorités nigériennes pour cette marque de confiance, Selim Bora a promis que son équipe mettra tout en œuvre pour la livraison de ce chantier dans les délais.

Les travaux de la réhabilitation de l’aéroport international de Niameyconsisteront au réaménagement des aires de parking, de la piste et des voies de circulation, ainsi qu’à la réfection d’une partie de l’aérogare, notamment le pavillon présidentiel.

Rappelons que l’Aéroport international de Niamey, première plateforme aéroportuaire du pays, est desservi par 10 compagnies internationales à savoir Air Algérie, Air Burkina, Air Côte d’Ivoire, Air France, Asky, Ethiopian Airlines, Libyan Airlines, Royal Air Maroc, Tunisair et Turkish Airlines.

 

 

Afrique sur 7

 

Niamey: l’organisation étudiante de l’université de Niamey dans la tourmente

07 Mar 18
voiceniger

No Comments

Au Niger, la grève des enseignants-chercheurs se poursuit à l’université de Niamey. Depuis le 20 février, ils protestent contre l’agression, il y a un mois, d’un des leurs. Le syndicat dit vouloir en finir définitivement avec l’insécurité qui règne sur le campus et les agissements de la Caso, l’organisation qui gère les œuvres sociales des étudiants mais qui fait aussi du maintien de l’ordre. C’est cette organisation qui a menacé et bousculé l’enseignant agressé il y a un mois. La goutte d’eau de trop pour les professeurs qui exigent l’exclusion des étudiants agresseurs et la dissolution de l’organisation estudiantine accusée de jouer les gros bras à l’université.

A l’université de Niamey, on les reconnait à leur tee-shirts rouges, marqués du sigle noir Caso pour « Commission des affaires sociales et de l’ordre ». Leur mission depuis toujours : défendre les conditions de vie des étudiants. Ils font aussi du maintien de l’ordre.

Mais les enseignants estiment qu’ils vont souvent trop loin et les accusent de terroriser ceux qui fréquentent le campus. « Les étudiants vivent l’insécurité au quotidien, parce que la Caso a instauré une justice parallèle sur le campus. C’est de l’arbitraire et c’est un problème qui n’a que trop duré », estime Mahaman Kabir Mahaman secrétaire général du Syndicat national des enseignants-chercheurs du supérieur, section de Niamey.

Les autorités muettes pour l’instant

Les enseignants demandent la dissolution de l’organisation qu’ils qualifient de « milice aux pratiques mafieuses ». Les étudiants, eux, assurent que si certaines pratiques ont existé, elles sont révolues. Mais Sita Hamidou Diabiri, secrétaire général de l’Union nationale des étudiants nigériens qui nomme les membres de la Caso, explique qu’il y a un règlement intérieur à respecter.

« Nous avons des textes qui sont clairs, des principes que nous nous sommes librement donnés. Lorsque vous êtes en porte-à-faux sur les textes, on vous appelle et vous faites une lettre d’excuses dans une chambre. Il n’y a pas de pratiques de nature à violenter les uns et les autres », jure Diabiri.

L’Union des étudiants nigériens assure qu’un syndicat ne peut en aucun cas demander la dissolution de la Caso puisqu’elle dispose d’un statut légal depuis 1990. Les autorités, elles, ne sont pour l’instant pas prononcées sur la question.

 

rfi

Marche des partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN)

06 Mar 18
voiceniger

No Comments

Les partis membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) et de l’Alliance pour la République (APR) ont organisé hier à Niamey et à l’intérieur du pays, une gigantesque marche qui a débuté de la place Toumo pour finir à la place de la concertation où un meeting géant a eu lieu. Cette manifestation est une réponse à la société civile et à l’opposition politique qui persistent à organiser des manifestations de rue contre la loi des finances 2018. La majorité présidentielle veut à partir de cette mobilisation monter aux Nigériens et à la communauté internationale que le peuple nigérien ne voit aucun péché si grave de cette loi des Finances….Pour lire la suite abonnez- vous sur lesahel.org

La Cour de cassation repousse le délibéré sur le « trafic de bébés », au 11 avril

01 Mar 18
voiceniger

No Comments

Le délibéré dans l’affaire du « trafic de bébés » a été repoussé, hier, au 11 avril, par la Cour de cassation. Pour la première fois, durant ce procès, l’avocat de l’accusé, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Hama Amadou (photo) a obtenu gain de cause sur l’exception d’inconstitutionnalité qu’il a soulevée au début du procès en cassation.

« La Cour donne acte à Me Souley de l’exception d’inconstitutionnalité par lui soulevée […]proroge le délibéré au 11 avril 2018 », informe la Cour.

La Cour avait refusé le 31 janvier (date de l’ouverture du procès en cassation) de donner une suite favorable au pourvoi de l’avocat de l’accusé, arguant que l’accusé n’a pas encore purgé sa peine.

Avec l’acceptation d’examiner cette exception d’inconstitutionnalité, il revient à la Cour constitutionnelle de statuer (dans un délai de 30 jours) pour déterminer si la loi évoquée par la Cour pour juger irrecevable le pourvoi de l’avocat de la défense, est conforme ou non à la Constitution nigérienne.

Depuis le début du procès, Me Souley martèle que les droits de l’accusé n’ont pas été respectés dans le dossier. A titre d’exemple, il soutient que Hama Amadou n’a jamais été présenté à un juge et lui même (l’avocat) n’a pas eu accès à l’intégralité du dossier, pour ce procès en cassation.

Hama Amadou, ancien Premier ministre et challenger direct de Mahamadou Issoufou à la présidentielle de 2016, a été condamné en mars 2017 à un an de prison, avec ses coaccusés. En exil, en France, depuis son évacuation à la veille du second tour de la présidentielle de mars 2016, il n’est plus rentré. Ses avocats ont répliqué avec un pourvoi en cassation sur lequel la Cour travaille depuis le 31 janvier dernier. Si la Cour constitutionnelle ne donne pas une suite favorable au pourvoi de l’avocat de la défense, Hama Amadou pourrait ne pas être éligible à la présidentielle de 2021.

Dans l’après-midi d’hier, soit quelques heures après le renvoi du procès au 11 avril, le parti Moden Lumana d’Hama Amadou a fait une déclaration à la presse. La note appelle les militants à rester mobilisés et soudés autour de l’accusé que le parti considère comme son candidat à la présidentielle prochaine, quelle que soit l’issue du procès.

 

Niamey et les 2 jours

Inline
VoiceNiger.com
Inline
VoiceNiger.com